« Djihad » d’Ismaël Saidi

Tarif : Gratuit - sur réservation

Réservation en ligne

« L’odyssée tragi-comique de trois Bruxellois qui partent en Djihad »

Le parti pris est risqué : il s’agit là, pour Ismaël Saidi de traiter d’un sujet qui effraie voire terrorise le grand public. En effet, la pièce Djihad donne un visage à ces jeunes qui rejoignent les rangs en Syrie, persuadés de faire partie des élus qui sauveront l’Islam et ses frères. C’est l’histoire de Reda, Ismaël et Ben, trois « musulmans d’ici », qui s’embarquent dans ce qu’ils croient être leur meilleur moyen d’exister et qui finissent par faire face à une réalité violente et obscurantiste bien loin de l’idylle valeureuse qu’ils s’étaient imaginée. Malgré le sujet terrible qui est ici traité, il s’agit avant tout de tourner en dérision le dogmatisme, la victimisation des arabes, le racisme ordinaire qui règne dans les banlieues. Elle fait rire des clichés de toutes les religions et lève le silence sur ce qui est devenu tabou : la peur de l’autre et ce qu’elle déclenche. L’auteur Ismaël Saidi prend le parti de faire tomber les murs entre les communautés et aspire, entre rires et larmes, à un meilleur « vivre ensemble ».

Note d’intention

Cette pièce est évidemment une auto-critique de la communauté dont je fais partie. Qui sont ces jeunes qui s’engagent ? Avant de les stigmatiser, je voudrais qu’on analyse d’abord les symptômes, pour pouvoir soigner le mal en amont. La problématique de l’empreinte identitaire est très importante chez les communautés immigrées, que ce soit en Belgique ou partout ailleurs en Europe. Il y a une victimisation à outrance, hypocrite en somme, lorsque ceux qui disent de pas être tolérés, ne sont pas eux-mêmes tolérants envers les autres. Le problème vient de nous, alors c’est notre rôle de faire le trait d’union entre l’islam du Moyen-Orient, et les enfants d’immigrés d’ici. L’islam est une religion « pâte à modeler » qui a toujours su s’adapter à un milieu, il faut donc en faire de même ici, avant de devoir faire face à une radicalisation. Je redus que mes enfants grandissent dans un « racisme des blancs ». Les enfants d’immigrés sont un mélange d’islam et de judéo-chrétienneté, il faut l’assumer et avancer. Ismaël Saidi

Écriture, mise en scène & musique: Ismael Saidi
Une production d’Hicham Fassi-Fihri et de Léon-Gilbert Hus
Avec : Ismaël Saidi, Adel Djemai, Florian Chauvet, Faycal Safi, Helmi Dridi, Samir Kadi, Shark Carrera, Théo Askolovitch

Durée: 1h45

Séance scolaire à 14h.

Les représentations seront suivies d’un débat avec le public.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×